Paris,
17
Avril
2019
|
10:00
Europe/Amsterdam

Ecotourisme : 76% des Français souhaitent que des solutions durables soient mises en place rapidement, selon une étude Booking.com

Booking.com - l’une des plus importantes plateformes en ligne dédiées aux voyages - révèle, dans sa dernière étude, les préoccupations des voyageurs internationaux en matière de tourisme éco-responsable. En effet, si 55% d’entre eux sont plus enclins à mettre en place des actions plus respectueuses de l’environnement pendant leur congés, ils manquent cruellement de connaissances et d’options intéressantes lorsqu’ils tentent d’agir selon leurs convictions.

Paris, 17 avril 2019 – A l’occasion de la Journée de la Terre le 22 avril prochain, Booking.com dévoile les conclusions de son rapport annuel sur l’écotourisme. L’étude montre que 72 % des voyageurs considèrent qu’une action immédiate est indispensable, et que les populations devraient opter pour des alternatives touristiques durables, afin de sauver la planète pour les générations futures. Si les résultats obtenus sont relativement homogènes pour toutes les tranches d’âge, les participants âgés de 46 à 55 ans (74 %) et les Millennials (71 %) sont ceux pour qui le besoin d’agir est le plus urgent. Les avis exprimés par ces voyageurs semblent d’ailleurs pertinents puisque, selon le rapport spécial du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat des Nations Unies (GIEC) publié en 2018, il faudrait plus de 10 ans pour limiter le réchauffement climatique à 1,5° au-dessus des niveaux préindustriels.

Écolo-gements : les hébergements écologiques gagnent en popularité

En 2019, 73 % des voyageurs internationaux ont l’intention de séjourner au moins une fois dans un hébergement éco-responsable. Les études réalisées par Booking.com montrent que ce chiffre est en progression pour la 4ème année consécutive : il était de 62 % en 2016, de 65 % en 2017 et de 68 % en 2018**. De plus, 70 % des sondés affirment que la mention « éco-responsable » pourrait les encourager à réserver un hébergement, même s’il ne s’agit pas de l’un des critères les plus recherchés sur la plateforme. Cependant, il n’est pas toujours facile d’identifier les établissements “verts” puisque 72% des voyageurs internationaux affirment ignorer l’existence de labels spécifiques décernés aux hébergements respectueux de l’environnement. Certains d’entre eux (37%) vont même plus loin en assurant que la mise en place d’une norme internationale permettant d’identifier ce type hébergements les aiderait à voyager de façon plus respectueuse de l’environnement.

  

Difficultés durables : un chemin semé d’embûches pour les touristes qui cherchent à devenir éco-responsables

L’enquête met également en évidence les barrières auxquelles les voyageurs font face lorsqu’ils souhaitent adopter des alternatives écologiques. En France, par exemple, le principal frein serait l’argent puisque 49% des Français assurent ne pas avoir les moyens de payer les frais supplémentaires associés aux voyages éco-responsables. Selon les voyageurs internationaux, les agences de voyage ont aussi leur part de responsabilité : en effet, pour 71% des sondés, ces dernières devraient proposer plus d’options de voyages écologiques aux consommateurs. Toutefois, les difficultés de respecter des pratiques éco-responsables lors d’un voyage sont omniprésentes (46%) et l’envie de profiter de ses congés sans réfléchir à l’écologie, une réalité (31 %).

Des intentions aux actions : des facteurs d’encouragement

Les résultats de cette étude dévoilent également que 46 % des sondés seraient plus enclins à voyager de manière écologique si cela leur permettait de profiter d’avantages économiques - tels qu’une réduction d’impôts. Aussi, pour 45 % des voyageurs, la tâche serait plus aisée si les sites de voyages en ligne proposaient un filtre pour identifier les hébergements éco-responsables. Soucieux de réduire leur empreinte écologique, 52 % des touristes internationaux privilégient - lorsque cela est possible - les déplacements à pied ou à vélo. Les chiffres démontrent également qu’ils ne sont pas indifférents à l’impact du tourisme sur l’économie du pays visité puisque 68 % des sondés souhaitent que l’argent qu’ils dépensent sur place reviennent aux communautés locales.

« Cela fait 4 ans que Booking.com réalise ce rapport annuel portant sur l’écotourisme, déclare Pepijn Rijvers, vice-président principal et directeur du département Hébergements chez Booking.com. Il est réconfortant de voir que les voyageurs ont l’intention d’adopter des pratiques éco-responsables pendant leurs vacances, même s’il est indéniable que certains obstacles les empêchent encore de concrétiser leurs intentions en actions. En tant que leader mondial des voyages, nous cherchons constamment à proposer des solutions innovantes sur notre plateforme, que ce soit dans le domaine des hébergements, des expériences ou des transports. Nous effectuons des tests régulièrement pour mettre en avant les informations qui peuvent aider nos clients à choisir des alternatives éco-responsables. De plus, à travers nos programmes Booking Booster, Cares Fund et Cares Lab, nous finançons et soutenons des start-up qui proposent des initiatives innovantes liées à l’écotourisme. La collaboration entre les différents acteurs de l’industrie du voyage, y compris les grandes entreprises, les start-up, les organismes en charge des destinations, les fournisseurs d’hébergements, de transports et d’attractions, ainsi que les voyageurs eux-mêmes, est indispensable, car seul un effort commun nous permettra de donner de l’élan au grand changement qui est déjà en cours. »